conrad de marbourg avant la légende, l'Histoire

Conrad de Marbourg a bel et bien existé...mais officiellement 80 ans avant la Quête du Troisième Testament. Si l'on se réfère à l'ouvrage sur l'Inquisition, par Guy et Jean Testas et édité par les Presses Universitaires de France, dans la collection 'Que sais-je?', on peut lire:

"Deux laïcs, Conrad Dorso et Jean dit le Borgne entreprirent donc de la poursuivre (l'Hérésie). Ils avaient fait le serment de venir à bout des récalicitrants en les exterminant et, n'ayant qu'une parole, ils passèrent aux actes avec une grande cruauté. Tous deux se déclaraient prêts, dit-on, à faire brûler cent innocents s'il y avait parmi eux un coupable. Un prêtre séculier, Conrad de Marbourg, qui avait été confesseur d'Elisabeth de Hongrie, reçut dès 1227 la mission de s'opposer aux lucifériens (1) et de réformer l'Eglise Allemande. Il n'avait pas réellement le titre d'inquisiteur, mais, ayant la charge d'appliquer les ordonnances impériales et les statuts du Saint-Siège, il en assumait pratiquement les fonctions. Corad Dorso et Jean dit le Borgne unirent leurs forces à Conrad de Marbourg pour mener à bonne fin leur tache. Ils s'y attaquèrent avec une telle ardeur que les victimes furent innombrables, si l'on en croit les Annales de Worms :" On brûla un si grand nombre d'hérétiques, qu'il est impossible d'en faire le compte." Conrad de Marbourg était au dessus de tout soupçons, menant une vie d'une pauvreté exemplaire, loin de la cupidité que semblaient manifester ses deux acolytes. C'est le type même de l'inquisiteur fanatique et sans miséricorde. Le pape Grégoire IX, qui ne comptait pas totalement sur les tribunaux diocésains, lui accorda en 1232 des "pouvoirs dsicrétionnaires" et fit parvenir les Statuts du Saint-Siège aux Dominicains de Carinthie et de Strasbourg, afin qu'ils lui viennent en aide. Il est vrai que Conrad de Marboug avait peint un sombre tableau des pratiques hérétiques et que le Saint-Père en fut horrifié. Un prenier conflit allait éclater à Mayence où l'archevêque Siegfrid, méfiant , se refusa à abandonner ses droits et à prêter aide aux inquisiteurs. Mais le pape, poussé par l'obligation d'abattre l'hérésie et satisfait de Conrad de Marbourg, insista, en octobre 1232, pour que l'archevêque accepte de le seconder. Malgré cela, l'opposition au triumvirat inquisitorial prendra toute son ampleur en 1233. En effet, après s'être attaqué aux humbles, Conrad de Marbourg voulut montrer sa force en menaçant les gens haut placés. Par une série d'habiles interrogatoires, il obtint des témoignages accablant contre plusieurs seigneurs. Il s'attaqua tout particulièrement au Comte de Sayn, l'un des nobles les plus puissant de la province de Mayence, soupçonné d'hérésie; sommé de se présenter devant le tribunal des inquisiteurs, le comte refusa d'obéir et s'adressa directement à l'archevêque. Celui-ci réunit en juillet 1233 un concile à Mayence. Là, les évêques prirent de mesures contre les hérétiques, acceptant notamment contre eux la peine de mort, mais en même temps vinrent au secours du comte de Sayn. Les prélats décrétèrent que ses bien resteraient inviolables, tant que son crime ou son innocence n'auraient pas été reconnus. Le concile ira même plus loin, puisqu'il innocentera le comte et s'attaquera au triumvirat dont il fera le procès. Un véritable réquisitoire sera dressé au pape que l'on informera des méthodes expéditives employées en Allemagne. Grégoire IX en est surpris et décide de s'opposer à une répression aussi sanglante. Il n'en aura pas le temps. en effet, Conrad de Marbourg, irrité par les décisions du concile, tentera vainement de soulever la population de Mayence, et, se laissant gagner par le découragement décidera de de retirer à Marbourg. Mais il sera assassiné, malgré ses supplications, en compagnie du moine Gerhard, son fidèle serviteur. Les princes que Conrad de Marbourg avait voulu abattre s'étaient vengés. Précisons que le destin de ses deux aides allait être aussi tragique, puisque Conrad Dorso fut tué près de Strasbourg et Jean le Borgne pendu."

1Lucifériens: vient du nom d'un évêque de Cagliari: Lucifer, à l'origine d'un schisme et qui mourut en Sardaigne vers 370.
 
Marbourg par Elisabeth:

"Quel genre d'homme était-il lui qui n'avait pas hésité à sacrifier la vie d'un Homme pour obtenir des informations?" (Livre premier, p 34)"J'ignore comment vous en êtes réchappé, Marbourg!...Mais ce que je sais, c'est que vous n'êtes pas le serviteur intègre de l'Eglise que vous prétendez être! Pour luttez contre votre soi-disant "Démon",vous avez torturé et brûlé des dizaines d'innocents!! Le Diable n'existe pas Marbourg! Le mal sur cette terre ce sont des monstres tels que vous!!! (Livre premier , p 47)

Conrad de Marbourg

Elisabeth d'Elsenor